Gestion d’actifs physiques : devenez un vrai ou une vraie pro en maintenance et fiabilité!

« La maintenance est souvent perçue comme une dépense, comme une douleur dont on aimerait se débarrasser », affirme Pascal Clément, formateur chez ÉTS Formation. Par le biais de ses différentes formations, cet ingénieur et titulaire d’une maîtrise en fiabilité et maintenance industrielle prouve que la maintenance est davantage un investissement qu’une dépense.

Par un calcul très simple, Pascal Clément démontre que la maintenance permet d’assurer la performance optimale d’une entreprise et qu’elle est donc un investissement rentable. « Si tu prends dix gars qui ont un temps utile de travail de 40 %, 10 x 40 ça fait 400 % de temps utile. Si tu prends un des dix gars pour en faire un planificateur qui fera sauver du temps aux autres, il te reste juste neuf gars qui travaillent. Mais si tu fais les calculs avec un planificateur qui fait passer le temps utile d’un travailleur de 40 % à 55 %, 9 x 55, tu arrives à 495 %. C’est là que tu te rends compte que s’organiser est plus efficace. »

L’organisation est donc la clé de la maintenance. Et qui dit organisation dit structure. Dans le processus P-CAM (gestion d’actifs centrée sur la performance) proposé par Pascal Clément, toutes les parties d’une usine, des ressources humaines aux analystes en passant par les gestionnaires et les opérateurs et opératrices, sont impliquées, à différents niveaux, dans la maintenance. « C’est un travail d’équipe et ce qu’il faut, ce sont des équipes complices », souligne le formateur.


Finalité du processus P-CAM

La gestion d’actifs physiques et le bien-être au travail
Au-delà de la maintenance et de la fiabilité des machines, structures, bâtiments, etc., la gestion d’actifs physiques doit tenir compte de la santé, de la sécurité et de l’environnement. « Il faut parfois prendre des décisions difficiles, au détriment de l’industrie, pour la santé des gens ou de l’environnement », précise Pascal Clément. On a d’ailleurs pu le voir avec la pandémie de COVID-19, qui a forcé une grande majorité d’entreprises à cesser temporairement leurs opérations pour le bien-être de leurs employés et employées. « L’idée, c’est toujours le bien-être de l’être humain », avance l’ingénieur qui se fait un point d’honneur d’enseigner ces concepts afin de démontrer qu’il est possible de faire de la gestion d’actifs physiques tout en respectant les humains et les ressources.

La maintenance, indissociable du développement durable
« Des machines bien maintenues – équilibrage, alignement, lubrification et serrage – ça consomme le minimum d’énergie, le minimum de lubrifiant, de consommables, de pièces… donc c’est bon pour la planète, c’est bon pour le portefeuille de la compagnie, c’est bon pour ton profit, c’est bon pour la sécurité et c’est bon pour l’environnement. C’est comme ça que le développement durable est toujours présent au sein de la maintenance », affirme Pascal Clément.

Envie de devenir, comme Pascal Clément, un « agent d’amélioration » au sein de votre entreprise? Les formations Maintenance industrielle : méthodes et organisation, La maintenance LEAN (TPM), Maintenance et fiabilité : analyse de données et Maintenance basée sur la fiabilité (RCM) : concepts et processus sont pour vous!